Judicaëlle Bouget nous parle de son roman: « L’anatomie du bonheur »


Auteur #8 / 2018 :       Judicaelle Bouget

L’été 2018 touche à sa fin,
comme toutes les fins de mois, c’est le moment de mon rendez-vous avec un(e) auteur(e).

Pour ce dernier samedi du mois d’Août, je reçois une femme qui est un condensé d’énergie et de vaillance,
medecin généraliste dans la vie,
elle se sert de l’écriture pour se détendre et coucher sur le papier des émotions liées à son métier,
en se servant de romance comme support.

Ses deux romans, qui sortent presque simultanément:
L’anatomie du bonheur


et
Les constantes du cœur.,

raviront les amateurs du genre.

L’anatomie du bonheur

est un roman qui vous emmènera au cœur d’un externat de médecine,
dans l’univers de la chirurgie orthopédique.
Notre héroïne qui fait son stage va être confronter à un médecin particulièrement arrogant mais avec un charme fou et une beauté à couper le souffle.

Comment va-t-elle réagir?

Voici la vidéo de Judicaelle Bouget durant notre entretien. Ou comment une passion professionnelle peut trouver aussi son expression dans un roman.

Voilà les deux extraits du roman de Judicaelle Bouget, lus dans la vidéo:

« A la fin du staff, la salle se vide et on nous autorise à prendre congé. Nous rassemblons nos affaires et nous apprêtons à partir. Un homme, la trentaine, entre alors dans la pièce, nous bloquant ainsi le passage. Il dépose sur la table des planches d’IRM. A vue d’œil, entre 1m 80 et 1m85, taille mannequin, un visage sorti tout droit des magazines de mode, teint mat, cheveux châtains clairs avec quelques reflets blonds. Une grande mèche souple descend sur le haut de son front, de splendides yeux bleus azurés, des pommettes bien dessinés, une mâchoire virile à souhait laissant échapper un sourire à couper le souffle. Il a un charme indubitable, difficile de rester insensible. Il revêt une blouse étiquetée du CHU au nom de Dr Marco Latoré, col remonté le long de son cou s’ouvrant sur une chemise blanche et un jean qu’on jurerait taillé sur mesure.
– Salut les carabins, alors on veut partir en douce ? dit-il arborant un air narquois et désignant du doigt les planches d’imageries qu’il vient de déposer. Pas si vite, vous ne partirez pas d’ici avant d’avoir posé un diagnostic!
Interloqués, nous remettons tous nos sacs à terre et regardons à tour de rôle les clichés, en détaillant les différents os de pied en coupe qu’il nous présente. On se regarde tous discrètement du coin de l’œil ne sachant que répondre…
– Alors j’attends ! Vous n’êtes pas très loquaces, dites-moi ! Ne jouez pas les timides, Allez, un effort ! Ne me dites pas que vous n’êtes pas foutus de trouver… Et bien, ce n’est pas gagné. C’est un névrome de Morton ! Il va falloir vous mettre à bosser si vous voulez progresser.
Il se dirige vers la sortie en s’attardant sur chacun d’entre nous avec un regard amusé. Quelle arrogance, certes il est beau comme un dieu, mais quel prétentieux ! Il se prend pour qui ce mec, nous sommes là pour apprendre, mais encore faut-il nous laisser le temps de découvrir chaque spécialité… Cela confirme les rumeurs à son sujet, il est vraiment antipathique. Cette suffisance dessert sa beauté naturelle. »

***
2e extrait:

« En ce moment précis de mon existence, j’ai besoin de parler avec lui. Alors je l’invite à déjeuner à la Dolce Vita, et nous nous y installons quelques minutes plus tard. Le voir me fait déjà du bien. Je sais que, quoi que je fasse ou dise, il ne me juge pas, essaie de me comprendre ou m’aider. J’aime à penser que nous nous sommes connus dans une vie antérieure ce qui explique cette complicité si évidente entre nous. Pourtant cette fois c’est différent. Je doute de pouvoir totalement me confier à lui … S’énamourer d’un beau chirurgien de 10 ans son aîné, dragueur fini, en couple de surcroît, en y réfléchissant bien, ça craint, ça craint vraiment… Ce n’est tellement pas mon genre. Ne pas réussir à maîtriser mes sentiments m’insupporte! Vais-je le décevoir? Comment va-t-il le prendre?Nous passons commande. Peu de temps après, nos plats arrivent. Titouan prend ses couverts, mais avant de commencer, il se fige et me regarde:
– Alors vas-tu me dire ce qui te tracasse, Ma Douce?
Il me fixe sans sourciller attendant patiemment que je me décide.
– Je ne sais pas trop par où commencer…
J’hésite à me livrer et il le comprend tout de suite …
– Hé, Romy, c’est moi …Titouan, tu te rappelles? Je suis ton ami, ton confident, ton frère… Tu sais bien que tu peux tout me dire !
– Je sais…
Je n’ose toujours pas me lancer. Titouan prend une bouchée de ses lasagnes, pendant que je triture avec ma fourchette mes « Penne au pesto ». Je soupire sans relever la tête.
– Je vois bien qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, et je n’aime pas te voir comme ça… Si tu ne souhaites pas m’en parler, je le respecte, mais …
– Non, ce n’est pas ça …
– Alors quoi, nom d’un chien, on se connaît suffisamment .
Titouan semble aussi inquiet qu’agacé.
– C’est une histoire de cœur ?
– Plus ou moins…
– Qui est l’heureux élu ?
– Malheureusement, j’aurais préféré que rien n’arrive…
– Bon, quel est l’enfoiré qui t’a mise dans cet état ? En tout cas, sache qu’il ne te mérite pas, et qu’il ne sait pas à côté de quoi il passe !
– Non, ce n’est pas ça… C’est moi… Oh mince…Tu me promets que tu ne me jugeras pas ?
– Enfin Romy, quelle question !
– Je n’arrête pas de penser à un homme plus âgé et en couple, voilà !
– Et c’est réciproque ?
– C’est compliqué… C’est un séducteur, il me trouble…
Je lui raconte alors sa façon d’être avec moi, au bloc, en consultations… les sous-entendus, ses paroles … Tout en relatant ces détails, je prends conscience qu’en fait, Marco me drague sans aucune intention d’aller plus loin… Je connais pourtant sa réputation de séducteur, je me suis laissée charmer par ses belles paroles… J’ai honte !
– Je suis vraiment naïve, j’ai cru qu’il s’intéressait à moi, dis-je pour conclure.
– Tu n’es pas naïve, il s’intéresse très certainement à toi, car tu es mignonne, intelligente et pleine de vie, mais ce n’est pas un mec pour toi. Il risque de t’utiliser pour ensuite te laisser tomber.
– Je sais. Je m’en veux si tu savais !
– Hé, tu n’as pas à t’en vouloir, c’est lui qui joue avec toi ! Et au fait, c’est qui cet homme qui t’a touchée en plein cœur ?
J’hésite à lui livrer son nom, je respecte Marco et ne souhaite pas lui faire du tort. Titouan finit par le deviner.
– Dans quoi je me suis fourrée ? J’ai pourtant essayé de l’éviter, mais ce n’est pas évident…
– J’imagine ! Fais attention à toi, tu es trop gentille, et fragile, je ne voudrais pas qu’on te fasse du mal. En tout cas, sache que si tu as besoin d’en parler, je suis là. »

 

De quoi vous mettre l’eau à la bouche…

 

Pour suivre Judicaelle Bouget:

Facebook: https://www.facebook.com/judicaellebouget/

page auteure: https://www.amazon.fr/Judica%C3%ABlle-Bouget/e/B06XJRQW7N/

Instagram: https://www.instagram.com/judicaellebouget/

 

Quelques commentaires sur le roman:

Par Aurore, le 7 avril 2018:

“L’Anatomie du bonheur” est une petite merveille. C’est un véritable coup de cœur pour moi, plusieurs raisons à cela.
D’abord, l’univers du livre. L’auteure nous emmène dans la vie de Romy, une étudiante en médecine.

Cette jeune femme qui nous fait découvrir son monde, est vraiment attachante. Je trouve qu’il y a vraiment une facilité à s’identifier à elle. Elle est forte et fragile à la fois, d’une telle humanité et d’une sensibilité qui m’a touché. Par moments, j’ai vraiment eu le sentiment de vivre ce qu’elle vivait et de ressentir ses émotions. On progresse dans le récit, dans les émotions et la vision des choses avec elle.

Enfin, l’histoire. Ce n’est pas une Romance comme les autres. C’est une Romance hors normes. Nos protagonistes ne vivent pas une histoire banale, une histoire socialement correcte. Leur histoire ne peut être que jugée et condamnée par la société. L’auteure a su parler de cette relation et amener le lecteur à la comprendre. Le questionnement de Romy, ses états d’âme, ses sentiments et l’intensité de la Romance qui monte crescendo permet au lecteur d’être dans l’empathie. On plonge complétement dans l’histoire et on en ressort bouleversé, la larme à l’œil et le cœur palpitant.
En conclusion, une belle romance écrite avec habileté, pleine de sensibilité, d’humanité, d’émotion qui ne peut que bouleverser le lecteur et ne laissera pas indifférente.

***
Par Tod le 24 avril 2018:

Le livre relate la rencontre et l’idylle de deux êtres que tout, au départ, pourrait opposer sentimentalement parlant. La naissance des sentiments est progressive et pudique, et cela est renforcé par le style agréable et fluide de l’auteur. Il est dur de s’arrêter de lire, car on est impatient de connaître l’évolution des relations entre les différents protagonistes, et ceci jusqu’à une fin à suspens, ouvrant sur une suite dont on attend la sortie ardemment !
Le récit évolue dans le domaine médical, avec un vocabulaire spécialisé et documenté, toujours intéressant et qui n’interfère pas avec la trame de l’histoire.
Bref, un roman agréable et facile à lire, qui m’a beaucoup plu.
Vivement la suite !

encore un commentaire:
« « Mon petit cœur tout fragile fait des bonds dans ma poitrine. Je suis toute émue de refermer ce délicat récit… très heureuse… la larme à l’œil… profondément ravie.
Cette histoire commence assez banalement, dans un contexte médical, richement documenté. Elle ressemble a beaucoup d’autres romances contemporaines mais elle est différente dans le fond et dans le dénouement. Pleine de pudeur. »

***

En principe, je vous donne rendez-vous pour le samedi 29 septembre ,
avec Isabelle Rozenn-Mari…

***

Si vous avez envie d’en savoir plus sur un auteur,
pourquoi ne pas me proposer un nom dans les commentaires ou à mon adresse email?
<alice.quinn2013@yahoo.fr>
Ce qui me permettra de découvrir des auteurs que je ne connais pas…
merci à vous

J’espère que vous appréciez autant que moi ces entretiens vidéos informels avec les auteurs.
Pour parler d’écriture, échanger, avec ce vivier des indépendants, mais pas seulement eux…
Je reçois aussi des auteurs hybrides et même des auteurs édités par des éditeurs traditionnels.
Pour s’ouvrir, partager, vibrer …

N’oubliez pas de liker les entretiens sur Youtube,
de partager cet article en cliquant ci-dessous sur les icônes FaceBook, Twitter ou autres,
et de partager aussi la vidéo sur YouTube…

allez, à la prochaine!

à +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *