Eric Costa nous parle de son roman « Aztèques, 1-harem »


Auteur #6: Eric Costa

Les entretiens d’auteur ont pris leur rythme de croisière.
C’est toujours un beau moment de partage,
et un grand plaisir pour moi.
J’ai tellement d’auteurs avec qui j’ai envie de discuter,
pour en savoir un peu plus sur leur univers!
À raison de 1 par mois, c’est à la fois lent et finalement incroyablement rapide,
tant il est vrai que le temps passe si vite!
Nous voici donc à la sixième vidéo Entretiens d’auteur!

Je reçois aujourd’hui un jeune auteur prometteur,
Éric Costa,
gagnant du speed-dating Amazon Livre paris 2017.

Je rappelle le principe: on ne parle pas de marketing, mais de romans.

Le sixième de la série est donc Éric Costa

Il a initié une belle série historique à l’époque des Aztèques,
et nous allons entendre ici d’où lui est venue cette idée
et comment il l’a mise en oeuvre…

vidéo du blog:
https://youtu.be/7TZUK-mt6UQ

Éric Costa va vous dévoiler ici les secrets de son héroïne, Almeya
dont on ne peut faire autrement qu’admirer le courage…

Éric nous parle principalement de son roman: Aztèques, 1 – harem.

Extrait lu dans la vidéo:

 » Le visage d’Ameyal reste crispé. La seconde épouse se retourne et marche vers la fenêtre en se tenant le ventre. Ameyal se baisse et saisit le petit miroir, qu’elle dissimule sous sa jupe. Parvenue à la fenêtre, Coatzin n’est plus qu’une ombre dans la lumière éclatante.
La jeune fille balaye la pièce d’un bref coup d’oeil. Contre les murs de la chambre sont disposés coffres, sièges et meubles bas. Dans un coin s’élève une estrade tapissée de coussins et d’édredons blancs. Le clapotis rythmé des pierres contre les metlals remonte jusqu’à elle, affaibli par la distance et la hauteur de la chambre.
— Belle journée, n’est-ce pas, remarque Coatzin.
— Oui, seconde soeur.
Ameyal plisse les yeux pour discerner les traits de la seconde épouse à contrejour.
— Nous vivons dans un véritable paradis.
Une grimace furtive semble strier le visage de Coatzin, qui s’adosse au rebord de la fenêtre :
— Dommage qu’il soit infesté de vipères.
— Pourquoi m’avez-vous demandée, seconde soeur ?
— Prend la bourse qui se trouve sur le lit.
La voix de la seconde épouse s’est faite sèche. Ameyal gagne l’estrade en contemplant les édredons blancs, vaporeux comme des nuages. Sur les draps soyeux repose un petit sac de cuir qu’elle saisit.
— Ouvre-le, poursuit Coatzin.
La jeune fille s’exécute. La bourse contient cinq fèves de cacao.
— Je veux que tu la portes cette nuit au chef de la garde.
Ameyal sent un frisson la parcourir. Elle repense à la traîtrise de Chimalli, à sa tentative d’évasion avortée et à ce qui en a découlé. Coatzin se rapproche, les sourcils froncés :
— Tu connais Amocualli ?
— C’est lui qui m’a escortée jusqu’au harem.
— Très bien. Ça facilitera ta mission. Il attendra dans la cour extérieure au gong de minuit.
Agitée à l’idée de revoir Amocualli, la jeune fille hésite à faire volte-face et courir dans les escaliers. Mais une pensée la retient. Si Coatzin est bien la femme qui l’a surprise en train de voler l’octli, elle représente une menace qu’elle ne peut ignorer.
— Necahual nous enferme la nuit, finit-t-elle par dire.
Coatzin répond en désignant un crochet de bois sur une table :
— Voici de quoi déverrouiller la trappe.
Ameyal s’approche de l’objet fin et robuste. Elle le soupèse et l’examine. Sans doute plus efficace que la branche utilisée précédemment.
— Dissimule ces deux objets dans ton corsage, et surtout ne les perds pas.
Ameyal s’exécute.
— En échange de cet argent, Amocualli te donnera deux fioles. Tu les apporteras directement ici, sans en perdre une goutte.
— Et si quelqu’un me voit ?
— Il y a peu de chance que cela arrive. Les concubines sont tenues de garder leur chambre durant la nuit. Fais ce qu’il faut pour ne pas être vue.
Un cri s’échappe soudain de la bouche de Coatzin, qui s’affaisse sur le sol. Hésitante, Ameyal fait un pas vers elle.
— Ne t’approche pas !
La jeune fille s’arrête. La seconde épouse tient son ventre en gémissant. Une grimace déforme son visage :
— Il me faut les fioles cette nuit même. Compris ?
— Oui, seconde soeur.
— À présent disparaît. Je ne veux pas que ta présence soulève de questions.
Chassée d’un mouvement de main, Ameyal s’incline et quitte la pièce. Le crochet de bois frotte contre sa peau aux côtés de la bourse et du miroir. La voix de Coatzin retentit lorsqu’elle pose les pieds sur l’escalier :
— Au fait, tu peux garder le miroir de ma fille. Fais-en bon usage.
La jeune fille déglutit.« 

Voici des extraits des commentaires que vous pourrez lire sur ce roman:

« Une écriture superbe, précise. Aucun temps mort. On voudrait que la pauvre héroïne ait le temps de souffler. Mais elle est le jouet d’un destin cruel qui s’acharne, dans un monde où chacun survit comme il peut. On est plongé dans un récit exotique et violent à la beauté hiératique.

« … finesse d’écriture au service d’une histoire tumultueuse, description précise sans tomber dans la lourdeur, un suspens qui nous fait défiler machinalement les pages au point de se surprendre d’être arrivé au bout. Je me languis déjà de retrouver les aventures de la jeune esclave aux yeux d’émeraude.

« Un voyage. Nous voilà loin, ailleurs, autrefois, au coeur d’une civilisation disparue, aussi fascinante qu’effrayante. Dès les premières lignes on est aspiré par l’histoire, et l’auteur nous tient jusqu’au dernier mot, même au delà. Le style est direct, à la fois simple et précis, le rythme soutenu. Un livre efficace…  »

Son roman: Harem: Aztèques
Sur amazon… www.amazon.fr/Harem-Aztèques-Eric-Costa-ebook/

Pour retrouver Éric Costa:

son blog : https://costaeric.wordpress.com

son facebook: https://www.facebook.com/CostaEric2/

sa page auteur amazon : https://www.amazon.fr/Eric-Costa/e/B00KE5BPOQ/
(n’oubliez pas de cliquer sur le petit plus « Suivre » !

son Twitter : @CostaEric2

 

Je ne sais pas encore qui nous aurons le mois prochain dans les entretiens,
Surprise…

Si vous avez envie d’en savoir plus sur un auteur,
pourquoi ne pas me proposer un nom dans les commentaires ?
Ce qui me permettra de découvrir des auteurs que je ne connais pas…
merci à vous

allez, à la prochaine!

à +

3 réflexions sur “Eric Costa nous parle de son roman « Aztèques, 1-harem »

  1. Un grand merci Alice pour cet article et le moment passé avec toi, je te souhaite bonne écriture, je découvre tes vidéos les unes après les autres et j’aime beaucoup, à très bientôt j’espère 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s