Queen of the trailer park: 3 semaines déjà au top 12 du Kindle Store amazon.com


I’m happy today.
Aujourd’hui je suis heureuse.
3 weeks
already!
3 semaines déjà!

Capture d’écran 2015-05-03 à 10.46.24
Queen of the
Trailer Park was released in First Kindle on amazon.com (ie the USA) on May 1st.
Queen of the trailer park est sorti en Kindle First sur amazon.com (c’est à dire aux USA) le 1er mai.


It has held during this 3 weeks in the top 10, strolling between rank 2 and rank 9.
From time to time I pinched myself to make sure I was in the real life.
What? This is my Rosie there?
By the way, thanks to the beautiful translation Alexandra Maldwyn Davies.
Il a tenu jusqu’à aujourd’hui dans le top 10, se baladant entre le rang 2 et le rang 9.
De temps en temps, je me pinçais pour être sûre que j’étais dans le réel.
Quoi? C’est ma Rosie qui est là-bas?
Merci au passage à la belle traduction de Alexandra Maldwyn Davies.

Comments get carried away. There are more than 300.
I continue to read and try to translate them,
quickly passing on bad ones not to break my mood
and delighting myself with comments written by readers who have loved the novel.
Les commentaires s’emballent. J’en suis à plus de 300.
Je continue à les lire et à essayer de les traduire,
passant rapidement sur les mauvais pour ne pas entamer mon moral
et me délectant des commentaires écrits par les lecteurs qui ont aimé.

Here is one that I love.
She has so correctly identified what I wanted to do in writing this book.
I thank with all my heart some « Whistlers Mom TOP 1000 REVIEWER« 
Here, her comment in English translated into French lowest.

En voici un que j’adore.
Elle a tellement bien cerné ce que j’ai voulu faire en écrivant ce livre.
Je remercie de tout mon coeur une certaine Whistlers Mom TOP 1000 REVIEWER
Voici son commentaire en anglais, traduit du mieux que je peux ensuite en français.

excerpt:
« Rose Maldone is a welfare mamma. At her mother’s knee, she learned the basics of life – flashy make-up, sexy lingerie, and how to wring out as much public assistance as possible. She learned how to attract men and how to push them away. She learned how to survive, but not how to thrive. She lives day-to-day because it’s all she knows. She envies people with easier lives, but the road to prosperity means commitment and she’s a free spirit.

Then Rose (or « Cri-cri » as she prefers to be called) finds envelopes full of money. And the mafia is involved. And there are corrupt politicians. And there are shady deals that bring the two together and Rose and her children are caught in the middle. And meanwhile life goes on, including the ever-present woes of Rose’s friends who are all as screwed up as she is. They live on the edge; hook up with worthless (sometimes dangerous) men; have children and sometimes lose those children.
Four men enter her life. One is a handsome, young policeman who doesn’t act much like a cop. One is a courtly older gentleman who wants to take care of her and her children, but doesn’t want sex in return. (Exactly how old IS this guy?) And the other two are Mafioso who are sent to eliminate her, but can’t seem to get the job done.

If you’re going to enjoy this book, you’ll just have to sit back and let the craziness of Rose and the situations she gets into wash over you. Rose could be any color, any age, and living in any seedy neighborhood in any town in any country in the world. .

In the end, it’s a book about the connection of a mother to her children. Rose’s dead mother guides and comforts her with snatches of old songs and Rose carries on through thick and thin, defending her children and (barely) meeting their immediate needs. At one point she says, « The stroller was racing full speed ahead, but it was what pulled me forward and kept me upright. » Rose’s children (biological and acquired) keep her going. It’s not textbook parenting, but then textbook parenting doesn’t always work out either, does it? Maybe Rose’s mother and the Beatles are right. Maybe « All You Need is Love. » »
traduction:

extrait:
« Rose Maldone est une « bonne » maman.
Sur les genoux de sa mère, elle a appris les rudiments de la vie – maquillage flashy, lingerie sexy, et la meilleure façon de tirer parti de  l’assistance publique. Elle a appris comment plaire aux
hommes et comment les repousser. Elle a appris à survivre, mais pas comment prospérer.
Elle vit au jour le jour, car c’est tout ce qu’elle sait faire. Elle envie les gens avec des vies plus faciles, mais le chemin de la prospérité signifie l’engagement et elle est avant tout un esprit libre.
Un jour Rose (ou «Cri-cri», comme elle préfère qu’on l’appelle) trouve des enveloppes pleines d’argent. Et la mafia est impliquée. Et il y a des politiciens corrompus. Et il y a des affaires louches qui relient les deux ensemble et Rose et ses enfants sont pris au milieu.
Et pendant ce temps la vie continue, y compris les difficultés toujours présentes des amies de Rose qui semblent toutes aussi brisées qu’elle. Vivant en border line; branchées avec des hommes inutiles et (parfois dangereux); ayant des enfants et parfois perdant ces enfants.
Quatre hommes entrent dans sa vie. L’un est un beau, jeune policier qui ne joue pas vraiment comme un flic. L’autre est un homme courtois plus vieux, qui veut prendre soin d’elle et de ses enfants, mais en tout bien tout honneur. (On ne sait pas exactement son âge?) Et les deux autres sont des mafieux qui sont envoyés pour l’éliminer, mais ne parviennent pas à faire le travail.

Pour profiter de ce livre, vous aurez juste à vous asseoir et laisser la folie de Rose et les situations qu’elle vit, couler sur vous. Rose pourrait être quelqu’un de n’importe quelle couleur, de tout âge, et elle pourrait vivre dans n’importe quel quartier minable de n’importe quelle ville dans n’importe quel pays au monde.
En fin de compte, c’est un livre sur la connexion d’une mère à ses enfants.
La mère morte de Rose la guide et la réconforte avec des bribes de vieilles chansons et Rose défend ses enfants contre vents et marées, répondant du mieux qu’elle le peut à leurs besoins immédiats.
A un moment, dit-elle, « La poussette dévalait à toute vitesse, mais elle me tirait vers l’avant et me tenait debout. » Les enfants de Rose (biologiques et adoptés) la gardent sur la route.
Ça ne fait pas un manuel pour parents, mais après tout, un manuel parental ne fonctionne pas toujours forcément non plus, n’est-ce pas?
Peut-être la mère de Rose et les Beatles ont raison.
Peut-être que « All You Need is Love. » « Tout ce qu’on a besoin, c’est d’amour. »

 

6 réflexions sur “Queen of the trailer park: 3 semaines déjà au top 12 du Kindle Store amazon.com

  1. C’est géant, bravo à Rosie et son assaut des USA 😉 Et surtout bravo à toi, c’est la simplicité et l’authenticité qui payent. Je suis ravi.

    Johan Éditions MeM – Les Mots ensemencent le Monde Tous nos livres sont sur ce lien. >

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s