Marketing digital : 5 mythes sur la mesure de performance de vos actions sur Internet

Capture d’écran 2015-09-13 à 12.04.22
En ce moment, comme ça m’amuse,
j’essaie de faire pro et d’assurer pour la sortie de mon roman:
Rosie se fait la belle, le 6 novembre 2015.

KINDLE-COVER-Rosie2-5,5x8,2inchs RVB RVB
Je me pose donc des tas de questions de marketing.
J’obtiens toutes sortes de réponses en farfouillant sur le Net,
de la part d’amis bienveillants aussi.
Je n’y comprends goutte, (cette expression plairait à Rosie, il faudra que j’y pense…)
mais ça me donne le sentiment du devoir accompli.
Au moins, j’aurais fait tout ce que j’aurais pu pour aider Rosie,
non pas à se faire la belle,
mais à se faire la part belle.
Si ça marche, Mazel Tov, comme dans un Woody Allen.
Si ça ne marche pas, ce ne sera pas de ma faute, Rosie ne pourra rien me reprocher.
C’est pourquoi quand j’ai reçu cet article dans la boîte, (ci-dessous sur le marketing digital)
je me suis dit: c’est exactement ce qu’il me faut.
Je l’ai lu,
j’ai pas compris grand chose,
mais j’ai trouvé l’article assez bluffant…
Bref, je suis sûre que ça pourra aider quelques personnes parmi vous
qui eux, y comprendront quelque chose…

Scooped by Olivier JADZINSKI
onto Entrepreneurs du Web
Rescooped by Chris Simon onto Le Mag des Auteurs Indés
Marketing digital : 5 mythes sur la mesure de performance de vos actions sur Internet

Un article de Cédric Deniaud

 

L’appel des Livres #bookscalling : Alice Quinn suit Jakub

The project was created to support the reading of books.

Make Time for Reading. Anywhere, Anytime.

📖📚 Jakub, 22 🚼 in Slovakia 🏡 in Prague © 2014 | 📬 bookscallingproject@gmail.com www.bookscalling.eu
Capture d’écran 2015-08-15 à 09.29.42
it expresses how we feel when time  and the world stop around us
because we are immersed in a book …
Feuilletez sa galerie de photos, elle exprime ce que nous ressentons lorsque le temps et le monde s’arrête autour de nous car nous sommes plongés dans un livre…

 

Combien faut-il vendre de livre pour être dans le top 100 des meilleures ventes d’Amazon Kindle ?

J’ai trouvé ces chiffres sur le site des Vandroux. Ils me pardonneront cet emprunt, j’espère. A la fin de cette page, vous pourrez vous transporter directement vers leur site passionnant.

 

Capture d’écran 2015-05-16 à 23.01.07Cela va intéresser tous les auteurs indépendants qui suivent leurs ventes de près, mais aussi tous ceux qui veulent se lancer dans cette aventure.
Extrait de l’article des Vandroux ici:

« Bien sûr, les chiffres que je vais vous donner ne sont pas des chiffres exacts, ce ne sont que des fourchettes d’ordre de grandeur. 
Le nombre de ventes varie d’un jour à l’autre, et parfois de manière importante:
  • Suivant le jour de la semaine : plus de ventes le week-end que le lundi, une chute de ventes les mardis et les jeudis (du moins pour nous)
  • Suivant la période de l’année : plus de ventes pendant les vacances ou les longs week-ends : normal, les gens ont plus de temps pour se détendre et pour lire. Et le jour de Noël, où des milliers de Français déballent fébrilement leur nouveau Kindle? Une explosion des ventes.
  • Suivant le nombre et la fréquence des offres spéciales d’Amazon, ou le nombre de nouveautés »

pour le lien qui vous emmènera sur leur blog, ici.

« Ode à la coquille »

« Ode à la coquille »

Au hasard de mes balades sur le net, plaisante rencontre avec ces coquines coquilles qui sont le fléau des auteurs et des correcteurs…

Cette ode (orthographe d’époque), qu’on dit d’un auteur anonyme, pourrait être de la main de Flavien Mouillan, correcteur, et auteur du Correcteur typographe, paru en 1899 à Paris.

Je vais chanter tous tes hauts faits,
Je veux dire tous tes forfaits,
Toi qu’à bon droit je qualifie
Fléau de la typographie.
S’agit-il d’un homme de bien,
Tu m’en fais un homme de rien;
Fait-il quelque action insigne,
Ta malice la rend indigne,
Et, par toi, sa capacité
Se transforme en rapacité.
Que sur un vaisseau quelque prince
Visite nos ports en province
D’un brave et fameux amiral
Tu fais un fameux animal,
Et son émotion visible
Devient émotion risible
Un savant maître fait des cours
Tu lui fais opérer des tours.
Il parle du divin Homère,
O sacrilège ! on lit Commère; L’amphithéâtre et ses gradins
Ne sont plus que d’affreux gredins.
Le professeur cite Hérodote,
Tu dis: le professeur radote;
Puis, s’il allait s’évanouir,
Tu le ferais s’épanouir.
Léonidas aux Thermopyles
Montre-t-il un beau dévoûment,
Horreur ! voilà que tu jubiles
En lui donnant le dévoîment.

Savoureux…

Martine Rousseau et Olivier Houdart correcteurs du Monde.fr, avaient posté cette ode sur leur page blog.monde : http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2011/04/21/ode-a-la-coquille/  avec ce texte: « Rendons-lui justice : les correcteurs ne seraient rien sans elle. Plus de métier, plus de nom, et des rédactions qui sembleraient des plages après le passage de la marée, avec coquillages délaissés. Oui, rendons-lui justice à cette pourchassée, cette réprouvée, cette indigne, en un mot : la coquille. »
Je l’ai retrouvée également sur le site consacré au « DICTIONNAIRE DE L’ARGOT DES TYPOGRAPHES » par EUGÈNE BOUTMY Correcteur d’Imprimerie, dans lequel nous pouvons trouver un « CHOIX DE COQUILLES TYPOGRAPHIQUES CÉLÈBRES OU CURIEUSES » http://www.synec-doc.be/librairie/typo/

Le terme COQUILLE apparaît dès 1723, dans La Science pratique de l’imprimerie de Fertel: « c’est pourquoi ſi un Compoſiteur ne ſçait bien l’Ortographe, il eſt ſujet à faire quantité de coquilles. Ce mot ſignifie jetter les Lettres dans une place pour un autre. »
Traduction: « c’est pourquoi si un Compositeur ne sait bien l’Orthographe, il est sujet à faire quantité de coquilles. Ce mot signifie jeter les Lettres dans une place pour un autre. »
En effet, de nombreuses coquilles à l’époque, étaient dues à la proximité des « cassetins »: par exemple, un journal, donnant des nouvelles de Jérôme Bonaparte, qui était mourant, annonça un jour une amélioration (un mieux) de son état. Le lendemain, on ajouta : « Le vieux persiste. » Dans la « casse » française, les caractères « m » et « v » se trouvent dans des cassetins voisins.

Et que dire de cet autre aspect merveilleux du quotidien d’un typographe:
« Il arrive au typographe de manquer d’une lettre qu’il a utilisée trop souvent pour composer sa page. Il est contraint d’avoir recours à un plomb à demi effacé par trop d’usage. À l’aide d’une aiguille, il en ravive l’œil, et au moment de l’impression, donne un léger coup de marteau au cul du caractère, afin que l’encre imprègne le feuillet. Sa main est allée puiser dans le cassetin où sont relégués en vrac les plombs usés ou défectueux, plombs fantômes qui bénéficient d’un sursis, et qui attendent là, en souffrance, qu’on fasse appel à eux et les ramène à la vie. Ce cassetin se nomme le cassetin au diable. »
http://nouvellerevuemoderne.free.fr/salecaractere.htm

Les coquilles ont changé de raisons d’être, mais elles nous guettent toujours.