Sonia Dagotor nous parle de son roman « Tout peut arriver… ou presque! »

Auteure #2 / 2018 : Sonia Dagotor   

Le mois de février touche à sa fin. Voilà le jour de mon entretien avec un auteur,
le dernier samedi de chaque mois.

Ce mois-ci je reçois Sonia Dagotor.

Sonia Dagotor écrit ce qu’on appelle des romans feel-good.
Des romans qui lui ressemblent, énergiques, dynamiques, optimistes, positifs.

Je l’ai rencontrée au Salon du Livre Paris il y a 2 ans, elle était pleine d’enthousiasme,
et 6 mois plus tard, je la retrouve Plume de Bronze au Concours des PLUMES FRANCOPHONES 2016 !
Depuis, on ne l’arrête plus ! Elle est sur tous les fronts. Comme son héroïne !

Aujourd’hui nous allons parler en particulier de son dernier roman:


Tout peut arriver, ou presque.

 

et vous allez pouvoir constater vous-même quel concentré d’énergie elle est,
en visionnant la vidéo: (cliquez ici)

Extrait du roman de Sonia Dagotor lu dans la vidéo:

« Nous restons un petit moment à fixer les carreaux, sur lesquels une petite buée se forme au rythme de notre respiration. Nous avons une jolie vue sur le jardin déserté. La neige semble vouloir s’accrocher. Les larmes continuent de rouler en silence sur les joues de ma nouvelle amie. Je pense à ce fichu mouchoir en tissu qui n’est jamais là au bon moment. Je vais chercher le rouleau de papier toilette dans les WC et lui tends quelques feuilles. Elle ne peut s’empêcher de me sourire.
— Eh oui, le PQ, ça peut servir à plein de choses. Évelyne, pourquoi pleurez-vous ?
— J’imagine mon Maurice en train de déblayer l’allée de notre maison.
La scène se crée dans mon esprit. J’ignore pourquoi mais je sens la moutarde me monter au nez. Je m’adresse au vieux monsieur inerte sur un tout autre ton.
— Bon ! Maurice ! Ça suffit, maintenant ! Vous avez fait un long gros dodo ! Vous devriez être en pleine forme. S’il continue de neiger, il vous faudra nettoyer l’allée de votre maison, à Lille. Vous vous rappelez votre maison que vous aimez tant ? Elle aussi, elle vous attend. Il y a toujours des choses à faire dans une maison. Il est plus que temps que vous cessiez de dormir. Il serait peut-être bon de soulager votre épouse qui vous est restée fidèle tout ce temps. Vous ne croyez pas qu’elle a assez attendu ? Alors il faut choisir, soit vous restez pour vivre, soit vous vous barrez une bonne fois pour toutes, mais l’entre-deux a assez duré ! (la première page s’arrête ici mais si ce n’est pas assez long, voici la suite)
Évelyne est scotchée par la violence de mes paroles. Je ne suis pas fière de moi, mais il fallait que ça sorte. Une infirmière entre dans la chambrette avec deux plateaux-repas qu’elle pose sur une petite table.
— Que se passe-t-il ici ? C’est vous qu’on entend jusqu’au bout du couloir ? m’accuse-t-elle.
— Euh, non, je ne crois pas, dis-je, persuadée de ne pas avoir crié si fort.
— Si, c’est vous ! Vous n’avez pas honte d’importuner ainsi un patient ?
— Vous appelez ça un patient ? dis-je en indiquant Maurice et en m’énervant de plus belle. C’est un lâche, oui ! Depuis toutes ces années, il végétalise. Et pendant ce temps, cette pauvre femme subit. Avouez que c’est agaçant !
— Bon, ça suffit, maintenant, soit vous vous calmez, soit vous allez prendre l’air mais on n’a pas besoin de stress ici. On en a déjà assez comme ça, dit-elle, sur le point de partir.
— OK, je me calme, dis-je en me tournant vers la vitre. Je ne vais pas sortir par ce froid, je n’ai pas envie de me geler les miches !
— Élisa, mon enfant. M’enfin… qu’est-ce qui vous prend ?
— Je ne sais pas. Les hommes en général me déçoivent tellement, avoué-je, sentant les larmes menacer. D’abord, mon père qui s’est fait la malle pour vivre avec une fille qui pourrait être ma sœur. Puis mon futur ex-mari qui ose rentrer de soirée complètement ivre et couvert de traces de rouge à lèvres, Franck qui se barre en Belgique laissant sa femme et son enfant et maintenant Maurice qui joue à Hibernatus, j’en ai ras la casquette de la lâcheté des hommes.
— Ce n’est rien d’autre que la vie, ma chère. Nous aussi pouvons parfois les décevoir. Nul n’est parfait. Mangez ! Ça va refroidir. »

 

Deux commentaires de lecteurs sur le roman :

Commentaire 5* Un Legardinier au féminin : Si vous aimez les Gilles Legardinier, vous ne pourrez qu’aimer ce roman de Sonia Dagotor ! Via le roadtrip de son héroïne, Sonia nous montre que la chance n’est pas une chose magique mais la capacité de chacun à se fier aux bonnes rencontres et à croire aux possibles.

Commentaire 4* Encore un excellent moment  : Alors oui, tout peut arriver, ou presque. Ce titre n’a jamais été aussi bien choisi. S’il est une leçon à retenir de cette lecture, c’est qu’il faut profiter de tout ce que le Destin met sur notre route; les rencontres sont souvent surprenantes et peuvent se révéler enrichissantes au final.

 

Pour suivre Sonia Dagotor:

Facebook : www.facebook.com/soniadagotor

Twitter : @SoniaDAGOTOR

Instagram : Sonia Dagotor Auteur

Blog : www.soniadagotor.com

Sa page auteur Amazon

Son roman: Epouse, mère et working girl – tome 1

Son roman: Epouse, mère et working girl – tome 2

Son roman : Epouse, mère et working girl – tome 3

L’intégrale : Epouse, mère et working girl – intégrale

Son roman : Un anniversaire au poil !

Son dernier bébé: Tout peut arriver ou presque

 

 

***

Je peux déjà vous annoncer Dominique Lebel pour le 31 mars…

***

Si vous avez envie d’en savoir plus sur un auteur,
pourquoi ne pas me proposer un nom dans les commentaires ou à mon adresse email?
<alice.quinn2013@yahoo.fr>

Ce qui me permettra de découvrir des auteurs que je ne connais pas…
merci à vous

J’espère que vous appréciez autant que moi ces entretiens vidéos informels avec les auteurs.
Pour parler d’écriture, échanger, avec ce vivier des indépendants, mais pas seulement eux…
Je reçois aussi des auteurs hybrides et même des auteurs édités par des éditeurs traditionnels.
Pour s’ouvrir, partager, vibrer…

N’oubliez pas de liker les entretiens sur Youtube,
de partager cet article en cliquant ci-dessous sur les icônes FaceBook, Twitter ou autres,
et de partager aussi la vidéo sur YouTube…

allez, à la prochaine!

à +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *